Avertir le modérateur

26/11/2010

Les libertariens pour la supression du permis de conduire et la mise en place d'examens par les assurances auto

libertariens.gif

Libre Echange est un site dont le but est de promouvoir les idées libérales sur le Web.  Or il se trouve que les libertariens (puisque c'est ainsi qu'ils se dénomment eux même) ont des idées sur le permis de conduire - qui (même si je ne suis pas sûr de vraiment les partager :-)) - me paraissent néanmoins dignes d'être présentées. Arguant du fait que le « permis à point » comme d'ailleurs le permis de conduire et l'ensemble des permis en règle générale constituent une « solution administrative injuste et inefficace » et qu'il ne font que traduire au final l'infantilisation de l'individu par l'Etat, les libertariens proposent une solution alternative plutôt radicale comme vous allez pouvoir en juger plus bas. D'après eux, il faut - en ce domaine comme en d'autres - s'en remettre une fois de plus à l'arbitrage du Marché - sachant que le but au final est d'éviter autant que possible les accidents. Pour les libertariens il faut d'une part que chacun puisse utiliser sa voiture comme il le souhaite, et d'autre part « éliminer les mauvais conducteurs ». C'est essentiellement sur le mode « d'élimination » des mauvais conducteurs que la position des libertariens divergent d'avec celle des pouvoirs public. (outre le fait que la notion « d'élimination » paraît quelque peu discutable :)).

Suppression du permis de conduire

Et oui, la solution libertarienne consiste tout simplement à supprimer notre bon vieux permis de conduire. C'est là que le marché va alors pouvoir entrer en jeu : Car les assurances auto, (de même dans cette logique que les assurances deux-roues) « soucieuses de ne pas cautionner la conduite d'individus dangereux et de sauvegarder leurs profits »  instaureraient alors selon nos adeptes du libre marché leur propres examens, en fixant leurs propres règles. Certaines choisiraient alors de n'admettre que les excellents conducteurs, moyennant des primes modiques à leurs cocontractants : Conséquence (que les libertariens - traditionnellement plutôt contre la mutualisation - considèrent comme un avantage : les bons conducteurs ne paieraient plus alors pour les mauvais.

D'autres sociétés d'assurance, (« moins "vertueuses" » selon l'auteur) choisiraient alors, toujours en vertu de la loi du marché d'accepter d'assurer les mauvais conducteurs moyennant bien sûr des primes plus  élevées > pour les libertariens, les mauvais conducteurs seraient tellement pénalisés qu'ils n'auraient plus que deux solutions : soit renoncer à conduire soit se refaire une conduite. Dans cette perspective, le nombre d'accidents selon les libertaires doit baisser. C'est sans compter bien sûr un petit détail : les mauvais conducteurs « fortunés » pourraient tout à fait s'offrir le droit de mal conduire... Mais là encore si on y réfléchit bien nous nous situons encore dans une perspective libertarienne..

 

La possibilité de ne pas s'assurer...

Les libertariens poussent même le raisonnement encore plus loin : toujours en vertu du dogme de la liberté absolue : il ne serait pas question - dans le cadre de l'analyse libertarienne - d'interdire la conduite aux personnes refusant de s'assurer. Mais là encore notre auteur à une solution : en cas d'accidents c'est alors  l'ensemble du patrimoine qui sert à indemniser les victimes, sans limites,  'le Droit Naturel devant montrer toute sa rigueur à l'égard de ces individus: contrainte par corps, obligation de travailler pour réparer. » (comme quoi même pour les libertariens la liberté a quand même ses limites).

Source :
http://www.journalechange.com/utopistes/liberte_de_circul...

21/11/2010

Plus d'indemnisation du FGAO pour les accidents causés par des animaux sauvages

cerf-traversant-une-route.jpg

C'est terminé, le FGAO (Fonds de garantie obligatoire des assurances de dommages) n'indemnisera plus les dommages causés par la faune sauvage. Cette indemnisation avait été octroyée par le législateur en pleine ère chiraquienne (2003), peut-être suite à l'intervention de « groupes de pression »  liés aux chasseurs par exemple qui sait... Toujours est-il qu'à l'indemnisation du risque était assujetti au paiement d'une franchise de 300 euros, que Nicolas Sarkozy à peine devenu président s'était empressé d'abolir en 2007, pour la rétablir via un décret en août 2010, mais en augmentant le montant qui passait à 500 euros cette fois-ci...


On doit probablement voir dans la décision de supprimer cette indemnisation, le passage d'un de ces énièmes coup de rabot.. Pour le coup ce sont vraiment les fonds de tiroirs qui sont sollicités, puisque les économies porteront sur une trentaine de millions d'euros si l'on en croit les le montant des sommes remboursées au titre de 2009 (34 millions d'euros correspondant à 65000 dossiers d'indemnisation ce qui correspond à peu près à un cinquième des dépenses du Fonds), il est vrai que le nombre estimé des dossiers était en hausse pour 2010 (80000).


C'est par la Loi de régulation bancaire et financière du 22 octobre 2010 qu'ont été modifiées les missions du Fonds de Garantie qui n'indemnisera plus à présent que les dommages matériels causés par les animaux domestiques dont les propriétaires ne sont pas assurés, ces dispositions prenant effet à compter du 24 octobre 2010. Désormais les automobilistes devront souscrire des garanties particulières dans leur contrat d'assurance s'ils souhaitent voir couvrir ce risque...


http://www.fondsdegarantie.fr/actualites/293-fin-de-lindemnisation-des-collisions-avec-la-faune-sauvage.html

12/11/2010

Une étude de l'observatoire Cetelem de l'automobile

repartition-achats-vehicules-neuf-ue1.jpg

[Répartition des immatriculations de véhicules neufs en 2009]

L'observatoire Cetelem de l'automobile publie sur son site une étude sur la place des jeunes dans le marché automobile aujourd'hui. Prudents les auteurs précisent «qu'ils n'y a pas d'âge pour être jeune » avant d'ajouter que l'étude en question concerne au final les moins de 30 ans. Celle-ci a été réalisé avec l'appui de la société d’études et de conseil BIPE ainsi que de la TNS SOFRES.

Seulement 11% de jeunes parmi les acheteurs de véhicules neufs

On comprend rapidement à la lecture du préambule « Aujourd’hui, seuls 11 % des jeunes conducteurs ont pu goûter aux joies d’un véhicule neuf » qu'il s'agit bien pour le célèbre organisme de crédit de suggérer aimablement à qui de droit, qu'un peu de modération dans les tarifs ne nuirait pas forcément à l'industrie automobile, et surtout bien évidemment au secteur de l'emploi directement et indirectement en relation avec celle-ci (plus de 10% de la population active quand même...). Pour Cetelem, passées ces considérations pour ainsi dire « citoyennes », il y a bien sûr un marché du crédit non négligeable à récupérer au passage.

Il est vrai qu'avec des prix de véhicules qui dépassent allègrement les 15/20000 euros, pour atteindre même souvent facilement les 30 000 euros, les jeunes sont pour le coup automatiquement sortis du marché. Ajoutons à cela des primes d'assurance plus chères (multirisques pour le neuf avec de surcroit la tarification plus élevée pour les jeunes conducteurs).

« Pour éviter le divorce entre les jeunes et la voiture, il faut concilier le prix, l’esthétique et l’écologique. »

Il est vrai que le marché des véhicules neufs désormais privé des béquilles que constituaient les primes publiques au renouvellement des véhicules anciens, vont subir le contrecoup de « presque deux années de résistance artificielle ». D'après l’Observatoire Cetelem de l’Automobile 29 % des européens seraient disposés à acheter un véhicule low-cost, ce qui montre bien le divorce entre la politique de prix des constructeurs et les réalités économiques du marché, il aurait été intéressant de connaître la répartition en fonction des différents pays.

Pour illustrer la désaffection des jeunes pour l'achat de véhicule neuf, l'étude cité expose le graphique suivant :

repartition-achats-vehicules-neuf-ue.jpg

qui illustre l'âge moyen de l'acheteur de véhicules neufs dans différents pays européens. Il faut savoir qu'en 2009, sur l'ensemble du territoire UE l'âge moyen de l’acheteur d’une voiture neuve était 49,5 ans. Toujours en 2009 enfin, 29 % des acquéreurs de véhicules neufs dépassaient les 60 ans, contre 11 %  pour les moins de 30 ans.  Moralité, c’est principalement par le biais du marché de l’occasion que les jeunes font donc leur entrée sur le marché de l'automobile.

http://observatoirecetelem.com/medias/pdf/france/2011/obs...

03/11/2010

Accidents de la route : Baisse confirmée du nombres d'hospitalisations

statistiques-onisr-sur-les-accidents-voiture.jpg

Si 357 personnes sont mortes sur les routes en septembre 2010, on constate une nette amélioration par rapport aux chiffre de l'année précédente, avec une baisse de 7% du nombre de tués à 30 jours. Mais où la l'évolution est la plus impressionnante - et dans le bon sens - c'est en ce qui concerne le nombre de blessés hospitalisés qui lui est en baisse de 16,7% pour la même période. Le baromètre de l'ONISR  note cependant que la météo du mois de septembre a été plus « clémente » en 2010 qu'en 2009..

Où les chiffres deviennent autrement plus encourageant c'est en comparant les séries longues à savoir  octobre 2009 / septembre 2010 et octobre 2008/septembre 2009, on constate alors une diminution de 10,7% des accidents corporels, une baisse de 5, 9% des tués à 30 jours, mais surtout une baisse de 20,7% des hospitalisation ce qui signe l'évolution positive sur la durée...


Baromètre du Mois de Septembre 2010, publié Par l'Observatoire National Interministériel de Sécurité Routière (ONISR ),
http://www.40millionsdautomobilistes.com/data/upload/file...

L'info en plus :
Un article sur les risques concernant les fausses déclarations aux assurances auto :
Lire l'article sur le blog Assurance-auto-plus

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu