Avertir le modérateur

24/04/2011

Une étude sur les intentions d'achats en matière de véhicules verts

eurotax.jpg

Les européens mûrs pour le vert... Une grande surprise?

D'après une étude menée par EurotaxGlass's, « spécialiste en information et conseils aux professionnels de l'automobile dans plus de 30 pays », les consommateurs seraient mûrs pour passer au véhicule vert dans au moins « cinq grands marchés européens » comprenant donc, l'Allemagne, l'Espagne, la France, l'Italie, et le Royaume Uni).  L'argus de l'assurance se faisaient cette semaine le relais de cette info, sans apporter plus de précision sur l'étude.

En tout 5 253 consommateurs auraient été interrogés sur leurs intentions d'achat d'un véhicule hybride ou électrique : Bref, un petit sondage, basé sur un petit panel ; sans grande rigueur de toute évidence du point de vue méthodologique, (mais je me trompe peut-être), pour un consultant souhaitant faire un peu de buzz...

Je vous cite quand même les résultats :
D'après l'argus de l'assurance qui s'est donc notamment fait le relais de l'opération «30% des sondés ont exprimé leur intérêt »  - ce qui ne veut pas dire grand chose ainsi présenté, avouons-le - , et c'est en France (30%) et en Espagne (22%) que les intentions d'achats seraient les plus fortes plus forte donc – assez étonnamment? - alors qu'en Allemagne, pourtant réputée pour sa "green attitude", les résultats seraient bien plus faibles, d'après l'Argus.

Rectificatif du 25/04/11 : trouvé trace de l'étude en téléchargement gratuit ici : http://www.eurotax.com/cnt_lnk.php?lnk=down/Whitepaper_Th...

Présentation d'une partie des résultats en Français : http://www.technologicvehicles.com/fr/actualite-mobilite-...


Quelles sont les marques engagées?


À la question des marques perçues comme les plus engagés en matière d'écologie (sans doute l'objet du buzz à n'en pas douter) : Ce serait Toyota qui arriverait en tête avec 15% des avis, suivi de Honda (6%),  et enfin de Peugeot, Mercedes, Renault et BMW qui représenteraient « 3% à eux quatre » toujours d'après l'Argus de l'Assurance. Je me suis rendu sur le site d' EurotaxGlass's pour « avoir vent » du sondage... Las... Aucune trace de celui-ci sur le portail d'eurotaxglass... dont la rubrique « communication » semble singulièrement en retard... Pourtant le buzz a pris au moins pour partie puisqu'on trouve plusieurs site se faisant l'écho de l'étude en question, dont journalauto.com...  Bref, on retombe une fois de plus sur le sempiternel problème des sondages « internet » à la « en veux-tu en voilà » qui servent semble-t-il plus à faire du buzz - « internement parlant » - qu'à présenter des informations pertinentes...

Je vous invite néanmoins à vous rendre sur le portail en question, ou on trouve  une présentation des services proposés aux professionnels.  Ainsi  la page suivante :  http://www.eurotaxglass.fr/index.php?p=p_compare&l=fr
qui présente une partie des outils de veilles à destinations des professionnels :
Des « Outils basés sur Internet pour la comparaison des véhicules dans toute l'Europe » parmi lesquels on trouve les « indicateurs » suivants :
- New Car Comparison (NCC):
(comparaison au-delà des frontières, des prix et des équipements des voitures neuves)
- Used Car Comparison (UCC):
(Comparaison au-delà des frontières, de l'évolution de la valeur des véhicules d'occasion)
- New Car Forecast (NCF):
(Calculs d'évaluations des valeurs résiduelles pour les véhicules neufs en Europe)

kotauto.jpg



Mais il y a aussi une version « grand-public » à l'adresse suivante http://www.kotauto.fr/ qui permet comme son nom l'indique d'obtenir la cote d'un véhicule, et  propose donc aux particuliers «un riche éventail d'informations autour du marché du véhicule neuf et d'occasion».  à vous de juger...

12/04/2011

Assurances et TICs

 

 

vieil-ordinateur.jpg

Si les compagnies d'assurances utilisent l'informatique depuis plusieurs dizaines d'années, cette utilisation est restée strictement interne durant de longues années. Durant de longues années des employés de bureau ont donc alimenté les systèmes informatiques manuellement, à partir de sources variées : l'informatique permettait tout simplement d'accélérer des process antérieurement manuels, et forcément gourmand en temps. Ce n'est que vers les années 80 que les courtiers, ont commencé à développer leurs propres systèmes, qui dans une certaine mesure, faisaient doublons avec les systèmes des assureurs, et sans donc que les deux soient connectés... .

Single-entry, multiple-company interface (SEMCI)

C'est à partir de ce moment là aussi que l'on a commencé à réfléchir en termes d'efficacité « globale » et à envisager de rentrer les données dans des systèmes différents, mais compatibles.. Ainsi est né le concept de « single-entry, multiple-company interface (SEMCI) » qui après des années de silencieuse progression est réellement en train d'apporter aujourd'hui de la valeur ajoutée.. C'est ce genre de système qui permet l'interfaçage entre les données de l'assureur et le système du courtier par exemple.

 

swinton-assureur anglais.gif

Il est vraisemblable que cette intégration entre les systèmes des assureurs, ceux des courtiers, et surtout ceux des comparateurs, n'en est encore qu'à ses débuts : il y a encore du chemin à faire – surtout en France semble-t-il - pour attendre ce moment où il sera possible pour un consommateur d'obtenir auprès d'un comparateur, la meilleure offre en temps réelle... directement obtenue à partir du système de l'assureur interfacé avec celui du comparateur d'assurances... Comme c'est par exemple déjà le cas au Royaume Unis avec Aviva et le courtier Swinton... On comprend bien que dans un climat ultra concurrentiel, ce genre de possibilité, qui permet une réactivité accrue des assureurs aux fluctuations du marchés, est amené à se développer, et à créer encore plus de concurrence...

L'interaction avec le consommateur final

Malgré ces avancées, il n'était cependant toujours pas possible au consommateur final d'interagir directement avec les systèmes des courtiers ou des assureurs... C'est précisément ce qui a changé depuis quelques années chez certains assureurs, et qui est vraisemblablement amené à se généraliser. Cette interaction on la trouve désormais sur les espaces des assureurs et des mutuelles où il est à présent possible de gérer en ligne son contrat, souscrire des options supplémentaires...

 

application-assurances.jpg

Mais c'est aussi notamment par la téléphonie mobile que cette petite révolution est en train de s'accomplir, elle a largement commencé aux Etats-Unis et est en train de se répandre en Europe. Ainsi on trouve désormais des applications qui permettent de déclarer directement un sinistre, et d'envoyer les données à son assureur, en utilisant les différentes fonctionnalités des smartphones (photos, videos, geolocalisation). En ce domaine aussi on doit de toute évidence s'attendre à pas mal de bouleversements dans les années à venir. Le futur semble bien être une plus grande interaction de l'assuré avec son assureur ou son courtier, via des applications dédiées qui permettront notamment de souscrire des options supplémentaires. Il y a aussi probablement beaucoup à attendre de l'interfaçage futur entre les données personnelles du Dossier médical personnel et les assureurs et mutuelles, bien que de nombreuses questions liées à l'utilisation de ces données restent en suspens...

http://www.canadianunderwriter.ca/issues/story.aspx?aid=1...

 

Pourtant d'après un rapport de Celent dont on a déjà beaucoup parlé en particulier sur le web anglo-saxon, les assureurs seraient encore très à la traîne par rapport aux possibilités réelles offertes par les smartphones, et surtout par l'enorme nombre d'appareils en utilisation dans le monde désormais, qui fait bien sûr envisager les choses tout à fait différemment..

lisez cet article pour vous en convaincre : http://www.mobilecommercedaily.com/2011/03/08/life-insura...

05/04/2011

Le livre blanc sur la mobilité européenne

transports.jpg

La Commission européenne prévoit l'abandon des voitures à motorisation thermique (essence, diesel ou au gaz). Objectifs définis : La réduction de l'utilisation pour moitié d'ici 2030, et l'abandon total pour 2050, mais toujours dans les villes attention.. Ces objectifs joueront un rôle déterminant dans la réalisation de l'objectif plus global qui prévoit de réduire les émissions de CO2 dans les transports de 60 % d'ici 2050. Aujourd'hui, un quart des émissions de gaz à effet de serre provient des transports.

En plus des mesures concernant les véhicules de villes, un autre objectif consistera à porter à 40% la part des carburants durables à faible teneur en carbone pour l'aviation ainsi qu'une réduction d'au moins 40% les émissions dues au transport maritime... Enfin autre objectif non moins intéressant : 50% du transport routier (passagers et fret)  s'effectuerait par voie ferrée et navigable pour les moyennes distances.


Bref on croit comprendre que le fret par camions, pour menacé qu'il soit a encore malgré tout quelques beaux jours devant lui, puisqu'il ne devrait pas être concerné si je comprend bien la teneur de ce qui précède par l'objectif de réduction puis de suppression des véhicules à carburant traditionnel.

campagne-carfree.jpg

[visuel : une de campagne de communication du mouvement carfree]

Le mode opératoire

Le mode opératoire : la mise en place d'incitations fiscales, la promotion des transports alternatifs et la construction d'infrastructures ad-hoc pour les greencar... Après des années de tergiversation, la commission verrait enfin un « grand avenir » au transport ferroviaire et fluvial pour les distances de 300km et plus. Comme le note Dominique Bidou dans le blog développement durable  monoblog, même les canaux Freycinet, pourraient être remis au goût du jour, à condition de réaliser certains aménagements techniques encouragées.    Dominique Bidou toujours, regrette que le réseau ferré  de détail, « qui irriguait finement le territoire », ait été en grande partie abandonné pour des considérations de rentabilités, il aurait pu selon lui faire l’objet de nouveaux modes d’exploitation, « et rendre bien des services ».
wk-transport logistique.jpg

Principal obstacle et levier nécessaire au développement de cette multimodalité : le financement bien sûr... D'après la lettre WK transports-Logistique, pour que le développement des infrastructures de l'Union européenne soit en adéquation avec la demande de transport, 1 500 milliards d'euros devraient être investis d'ici 2030. L'achèvement du réseau RTE-T  (Réseau trans-Européen de transports  à lui seul représenterait 550 milliards d'euros. Autant dire que la partie n'est pas gagnée au vu de la faiblesse structurelle de certains des Etats membres...

Sources

carte-rte-t.jpg

http://carfree.free.fr/index.php/2011/03/25/vers-la-fin-d...
Le livre blanc de la commission sur les transports, en anglais seulement pour le moment malheureusement :
http://ec.europa.eu/transport/strategies/doc/2011_white_p...

http://www.wk-transport-logistique.fr/actualites/detail/3...

http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9seau_transeurop%C3%A9...

http://moniblogs.lemoniteur-expert.com/developpement_durable/

http://ec.europa.eu/ten/transport/index_fr.htm

Synthèse de la législation européenne sur les transports


La news de l'assurance


Les principaux représentants au niveau européen du secteur des assurances viennent d'adresser une lettre au commissaire européen Michel Garnier, pour l'avertir des risques importants que ferait courir à la profession la directive solvabilité 2 telle qu'elle conçue à ce jour, ils appellent donc à rectifier le tir rappelant qu'au vu des résultats de la cinquième étude d’impact, c'est tout le projet S2 qui est menacé s'il n'est pas procédé aux aménagements nécessaires.

Source :

http://www.argusdelassurance.com/a-la-une/solvabilite-2-l-industrie-europeenne-de-l-assurance-tire-la-sonnette-d-alarme.49016

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu