Avertir le modérateur

25/07/2011

Pages récapitulative sur les assurances auto

assurances auto.jpg

L'assurance auto fait partie de la branche des assurances dommages (au même titre que la multirisque habitation).

Les trois grands risques sont les suivants :
- Le conducteur engage sa responsabilité en causant un préjudice à autrui (corporel ou au véhicule),
- L’endommagement du véhicule,
- Le dommage corporel personnel.

L’assurance obligatoire :

Dite assurance au tiers, il s’agit de la garantie responsabilité civile
Le code des assurances énonce que toute personne physique ou morale – excepté l'État - dont la responsabilité civile (RC) peut être engagée pour des dommages subis par des tiers (atteintes aux personnes ou aux biens) causés par son véhicule à moteur  doit être couverte par une assurance garantissant cette responsabilité.
Les membres de la famille du conducteur ou de l'assuré étant considérés comme des tiers, il faut noter cependant que cette garantie ne couvre pas les dommages causés au conducteur.

L’assurance facultative :

Il s'agit des garanties dommages à proprement parler. Elle concerne l’assurance du véhicule lui-même et est plus ou moins étendue.

  • La garantie tierce collision :

Cette garantie ne sera actionnée que dans le cas des collisions dans lesquelles le tiers est identifié, qu’il s’agisse d’un autre véhicule, d’un piéton, ou d’un animal

  • La garantie "tous risques" :

Cette garantie comme son nom l’indique a une couverture bien plus large que la précédente . Elle couvre par exemple les dégâts en l’absence de collision. elle s’avère d’autant plus nécessaire que le véhicule est neuf.

Il est aussi possible d’étendre la garantie « tous risques » avec d’autres garanties accessoires qui vont couvrir des risques précis. Citons en vrac :

  • Garanties incendie
  • Garantie Vol
  • Garantie bris de glace (de plus en plus fréquente  et de plus en plus coûteuse indirectement pour les assurés)
  • Garantie attentats
  • Garantie catastrophes naturelles
  • Garantie défense recours
  • Garantie individuelle accident
  • Assistance en cas de panne
  • Protection juridique


Les points importants à préciser :

Les garanties couvertes dans le contrats ne joueront pas si le conducteur roule avec un permis de conduire qui n’est pas ou plus valide.

18/07/2011

Assurances auto : Le calcul du montant de la prime ou cotisation

calcul de prime.jpg

Le principe général est que la fixation du montant des primes d'assurances automobiles (pour les assureurs privés) ou des cotisations (pour les mutuelles) est libre.

Sont pris en compte pour le calcul des tarifs les éléments suivants :

-    La nature du ou des risques couverts
-    Les caractéristiques du véhicule (son type, sa marque, son âge)
-    L’usage du véhicule (privé, professionnel, mixte, nombre de kilomètres parcourus, etc)
-    La zone de résidence,
-    La zone de circulation
-    Le profil du conducteur, plusieurs éléments peuvent être pris en compte, à la discrétion pour ainsi dire de l’assureur, dès lors qu’ils n’entrent pas en conflit avec la législation ou les traités ratifiés par l’Etat. Ainsi jusqu’à peu, le sexe était l’un des critères pouvant être pris en compte, ce n’est plus le cas depuis que la Cour de justice de l’Union européenne, a prononcé un arrêt statuant que la discrimination sur le sexe pour l’établissement des tarifs n’étaient pas compatible avec le Droit européen. Les autres critères habituellement pris en compte sont l’âge, l’ancienneté du permis de conduire, le groupe socioprofessionnel, etc.

Lors du calcul de la prime un autre élément rentre en compte, à savoir les antécédents du conducteur en termes de sinistres : Un coefficient multiplicateur multiplicateur est appliqué à la prime , ce coefficient s’applique soit en réduction, on parle alors de Bonus proprement dit, il représente 5 % pour chaque année sans accident avec un minimum de 0,5%. Le coefficient peut aussi être de majoration, correspondant alors à un Malus, 25 % sont appliqués pour chaque accident ou la responsabilité de l’assuré est en cause (avec un plafond 3,5 ).

Ajoutons à cela que le système du bonus-malus est cependant battu en brèche par les autorités européennes, il se pourrait bien que dans un avenir plus ou moins proche le principe du coefficient multiplicateur disparaisse, la législation européenne pouvant s’imposer sur le Droit Français.

 

| Commentaires (0) | Tags : assurances auto, bonus malus | 14:41 | Tarifs assurances et mutuelles | Lien permanent | | | |  Imprimer

11/07/2011

Réassurance risque naturel : Un sport de riches ?

risque-naturel-australie.jpg


Il y a quelques mois le gouvernement australien envisageait la création d’un pool de réassurance afin de couvrir les catastrophes naturelles qui sont devenus le lot régulier de l’Etat. L’idée étant pour participer en tant qu’assureur de s’acquitter d’un certain pourcentage de leur prime. La situation est assez simple à comprendre, et constitue presque un cas d’école en ces temps ou l’activité de l’homme tend vraisemblablement à bouleverser de manière croissante - n’en déplaise à Mr Claude Allègre – les grands équilibres climatiques de notre planète. L’Australie cumule 3% du montant mondial des primes, alors qu’elle comptabilise 5% des sinistres liés catastrophe naturelles. D’après Atlas Magazine ou j’ai péché cette information, la mesure en question permettrait au gouvernement d’envisager des mesures préventives, au lieu d’être cantonné aux gestions de crises, qui doivent à n’en pas douter peser sur le budget de l’Etat.

Bref une sorte de partenariat public privé dans le meilleurs intérêt bien compris de tous ? Pourquoi pas l’Australie, peut a priori s’offrir ce genre de luxe intelligent… Transposer ce modèle à un autre état souverain tel que Haïti, s’avèrerait bien sûr beaucoup plus délicat… à l’aune de ce genre de réflexion, reconnaître la responsabilité de l’homme dans le réchauffement climatique, et surtout se doter d’outil d’évaluation pourrait permettre d’envisager un dispositif du type pollueur – payeur ? Avec un système d’enchères correspondant au final à un droit à réchauffer ? Ne serait-ce pas peu ou prou le principe du marché du Carbone ?

Plus loin, autre part

Puisque nous en sommes à voyager, je vous recommande toujours sur la thématique des assurances - mais complémentaires santé cette fois-ci, cet article sur des assurances privées couvrant le risque Sida en Zambie :

 

03/07/2011

Dette Grecque et assurance vie : Quand les assurés servent d'air-bags aux assureurs

dette grecque.jpg

Des assureurs dans la tourmente ?


Les Français n’en sont pas toujours conscients, mais les assureurs sont aussi des investisseurs, ce n’est pas pour rien qu’on utilise le terme de « Bancassurance », ni même que l’ancienne autorité de contrôle des assurances et des mutuelles (ACAM) a été remplacée par l’Autorité de contrôle prudentiel qui comme son nom ne l’indique pas forcément, a désormais en charge le contrôle des assurances mais aussi des banques.
Or un nombre non négligeable de ces assureurs se trouvent - au même titre que les banques - exposés à la dette souveraine Grecque, pour des montants qui n’ont rien de négligeable. Genérali pour 3 milliards, Groupama pour 2milliards, CNP et AXA pour respectivement 2 et 1,9 milliards d’euros (mais il y a aussi ING, Allianz, Ageas, etc). La grande différence avec l’exposition des banques c’est que ce sont les assurés qui vont régler le plus gros de la facture…


Un double air-bag plutôt sympathique


Comme l’explique très bien un analyste sénior de l’agence Fitch dans les Echos : Si la dette grecque est dévaluée, la banque devra diminuer d’autant son exposition dans le passif de son bilan, sans que puissent être pris en compte les « engagements qu’elle a en face » à savoir les dépôts. Les assureurs eux pouvant le faire.  Il s’agit de bien plus que d’une subtilité comptable, puisque concrètement cela implique que l’assureur peut partager la perte avec ses assurés. Un partage qui plus guère équitable pour l’assuré :
Ainsi pour un contrat d’assurance vie comprenant des obligations dévaluées, l’assureur versera alors le rendement garanti diminué de la perte de valeur constatée… Autre amortisseur pour les assurances : L’économie d’impôt induite par la perte. Pour fixer les idées je vais vous citer un exemple publié dans les Echos du 27 juin : Est mentionnée l'exposition AXA, à savoir 1,9milliard d'euros fin 2010 - en Brut - Mais grace  à la magie comptable, et au fait que l'assuré va assumer la perte (concrètement payer la facture !) ; l'exposition - en Net  - n'est que de 300 millions d'euros... Pourquoi s'interdire de prendre des risques avec de tels mécanismes me direz-vous...

Plus : Sur les conséquence de l'exposition de Groupama à la dette grecque, lire aussi cet article, sur la récente baisse de notation qu'à subi l'assureur Français.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu