Avertir le modérateur

22/06/2012

Explosion du pay as you drive aux Etats-Unis : Les plus et les moins

boitier.jpg

Sur la version en ligne du WallStreet Journal, on trouve un article du 12 juin fort complet sur le développement - à grande vitesse - des systèmes pay as you drive, dans la patrie de l'Oncle Sam. On y trouve notamment la présentation de différentes solutions (le "Drive Safe and Save"  de l'assureur State Farm, le "Snapshot" de Progressive, ou le "Drive wise" de Allstate ; ainsi qu'un exposé des principales problématiques sur la question (celles reliées au respect de la vie privée notamment).

Des rabais alléchants, mais attention au piège?

Le pay as you drive aux US c'est la possibilité pour l'assuré d'obtenir des rabais pouvant aller jusqu'à 50% en fonction de sa qualité de conduite. Progressive, offre déjà quant à lui, 10% de remise sur le contrat rien que pour l'inscription au programme.

Problème, ces outils d'analyse de la conduite sont peu adaptés aux jeunes (prise en compte des freinages brusques, virages abruptes, accélérations brutales : soit différents paramètres typiquement "jeunes conducteurs". Un problème quand on sait que les primes d'assurance des jeunes sont généralement plus élevées que celles de leurs ainés, et que les pays anglo-saxons relèvent beaucoup de fraude à l'assurance du fait précisément du différenciel de prix jeunes/moins jeunes.

 

Réguler les assureurs?

Le régulateur va cependant s'inviter au débat sur la question de savoir la marge de manoeuvre qu'il est possible de laisser aux assureurs au niveau des critères retenus : Les assureurs vont devoir justifier leurs modèles d'analyse. On ne s'en plaindra pas. On gardera cependant à l'esprit que les pouvoirs publics - dans une optique de sécurité routière - sont plutôt en faveur de la diffusion de la télématique...

D'après le CEO d'Allstate, le marché de l'assurance télématique pourrait atteindre les 70% de parts de marché d'ici 10ans... Questions : Quelle laltitude auront les conducteurs pour refuser d'installer un boitier dans leur voiture à ce stade de développement du marché... On peut supposer que les contrats hors - télématique atteindraient par exemple des prix dissuasifs...

| Commentaires (0) | 13:18 | Assurances auto | Lien permanent | | | |  Imprimer

28/11/2011

Le modèle de l'assurance auto battu en brèche par les comparateurs d'assurance?

assurance-auto-lab.jpg

Avant le web 2.0?

La newsletter de novembre du Cercle Lab nous donne à lire un petit édito assez intéressant sur l'évolution des assurances autodepuis une quinzaine d'années, il est signé Patrick DEGIOVANNI, Directeur Général Adjoint du groupe  Crédit Agricole Assurances, et nous rappelle, nous aurions presque tendance à l'oublier que il n'y a pas si longtemps la majeure partie  du marché était dominée par les agents généraux et les mutuelles sans intermédiaires (MSI) : C'était avant le temps du web 2.0, avant l'arrivée en masse d'un nouvel acteur du marketing de l'assurance, je veux parler de nos désormais traditionnels comparateurs.

 

Un modèle moins coûteux pour les assureurs?

C'est l'époque ou le modèle de l'agent d'assurance est encore dominant « Les tarifs auto des agents étaient tirés vers le bas pour compenser la différence de taux de frais généraux » , et ce sont les assurances habitation qui compensent alors la faible rentabilité de la branche auto... Mais le modèle de l'agent d'assurance même s'il conserve un avenir et un potentiel (lire ceci pour comprendre de quoi je parle) est battu en brèche par les perspectives de modèles moins coûteux pour les assureurs (et surtout peut-être plus porteurs en termes d'affaires nouvelles), qui investissent alors de manière croissante dans la vente directe grâce au nouveau média qu'est l'internet.

 

Un saucissonnage qui devient la règle

À l'époque, d'après la thèse développée par M  DEGIOVANNI, l'assurance auto fait office de produit d'appel pour les assureurs, mais depuis quelques années les choses ont bien changé : à présent c'est l'assurance habitation qui fait office de référentiel pour l'assuré (« la plupart des bancassureurs démarrent la relation assurance par l'habitation ») avec des ratio portefeuille Auto/MRH dans la grande majorité des cas inférieur à 1.   Les assurés manifestent une tendance croissante à saucissonner leur couverture : Il n'est plus rare de voir plusieurs contrats au sein d'une même famille, un assureur pour la santé, un autre pour l'habitation et encore un autre pour l'auto par exemple.

 

Politiques de plus en plus agressives des assureurs et des comparateurs...

Là encore nous devons voir dans cette tendance un reflet de la politique de plus agressive (et anxiogène - je pense aux comparateurs) de commercialisation des assurance, depuis l'arrivée d'Internet et des comparateurs d'assurance dans les mœurs : Les assurés, poussés par une communication là aussi de plus en plus agressive et solliciteuses des comparateurs, cherchent le moins cher. Le problème c'est que contre toute attente ce fameux modèle du comparateur a tendance à faire exploser les prix, conjugué aux nouvelles « procédures de gestion » des assureurs, et aux coûts croissants des postes publicité/(web)marketing .

Des surcoûts engendrés par de nouvelles manières de gérer...

Monsieur  DEGIOVANNI rappellent que les résultats des assurances automobiles  ont considérablement chuté pour les années 2009 et 2010, avec un ratio combiné à hauteur de 110%, mais il omet de préciser ce que ces hausses doivent aux accords des assureurs avec les réparateurs (voir notamment la manne très coûteuse des garanties bris de glace dans l'article suivant : http://focusassurancesauto.blog.free.fr/index.php?post/20...).

 

Repenser le modèle?

Conclusion, avec une année 2011 qui s'annonce déjà d'après lui morose, la question se pose de savoir si le concept de l'assurance auto comme « produit d'appel » est encore d'actualité.  La question sous-jacente étant la suivante : comment demeurer concurrentiel tout en « équilibrant ses résultats » , l'autre question d'importance - que dis-je l'équation fondamentale - étant la suivante, je cite  : Est-il viable de conserver des tarifs d'entrée exagérément bas (lors de la souscription) tout en se rattrapant sur les contrats en portefeuille, et donc en ne récompensant pas suffisamment la fidélité et la « bonne conduite » de l'assuré, qui voit ses primes continuer d'augmenter, alors que son bonus dans le même temps est lui aussi à la hausse...  Le tout en gérant le risque, je cite « d'être "cocufié"  par les nouveaux spécialistes du zapping » qui opèrent bien entendu via les comparateurs d'assurance qui sont assez souvent des émanations des assureurs eux même (ainsi Le Lynx avec Aviva, Assurland avec Covea, etc)...

Source : la newsletter de novembre du Cercle Lab

17/10/2011

Le rapport du médiateur de la FFSA

ffsa.jpg

C'est le rapport qui fait un peu de bruit ces derniers jours : Rendu public la semaine dernière, le rapport du médiateur de la FFSA constate encore, une augmentation du nombre de recours en médiation de la part des assurés. Ce qui n'est pas forcément alarmant non plus : à mesure que le dispositif du recours en médiation acquiert notoriété il est normal que le nombre d'affaires dont a connaissance le médiateur soit en augmentation.

"Explosion" du nombre de litiges assurances auto?

Cette augmentation est particulièrement sensible en ce qui concerne les assurances auto puisqu'en un an la part totale des litiges imputables à cette branche a progressé de 15,4% à 19,4% ce qui est une augmentation tout à fait considérable. Le médiateur incrimine bien sûr la "crise" qui a décidément bon dos en nombre d'affaires, mais il semble bien qu'il y ait certains abus aussi du côté des assureurs. Le médiateur s'en prend d'autre part aux experts (une profession par ailleurs en pleine mutation sur le plan des méthodes, comme des perspectives de marchés) , enjoignant les assureurs à cesser de considérer leurs conclusions comme paroles d'évangiles.Reste à savoir comment cette injonction doit être comprise par le consommateur...

On notera aussi la progression des litiges liés à la protection juridique, qui avoisinent désormais 5% des contrats individuels...

 

http://www.ffsa.fr/sites/jcms/p1_620790/francis-frizon-la...

 

 

| Commentaires (0) | Tags : médiateur, ffsa, protection juridique | 21:57 | Assurances auto | Lien permanent | | | |  Imprimer

05/08/2011

Primes d'assurance auto : Analyses du comparateur d'assurance Assurland

capture-ecran-homepage-comparateur-assurance-assurland.jpg

D'après les estimations du comparateur d'assurances Assurland, il n'y aurait pas eu d'augmentation du niveau des primes pour les mois de juin et juillet. Le mois de juillet confirmerait ainsi la tendance déjà observée en juin.

Une augmentation limitée

Ces estimations calculées d'après l'indice maison d'Assurland (IPAP = indice des prix de l'assurance des particuliers )mettent en évidence que non seulement les primes d'assurance auto n'ont pas bougé sur juillet, mais de surcroit sur douze mois glissants l'augmentation se limiterait à 3,9% (4,7% sur juin sur la base du même calcul).

 

Mais les choses peuvent évoluer


Ce qui ne veut pas dire qu'il n'y aura pas d'augmentation au cours des mois à venir (on pense bien sûr aux prochaines échéances...), celles-ci dépendront fort logiquement (et surtout officiellement - sic) de l’évolution de la sinistralité sur le reste de l’année, nous sommes désormais habitués à ce discours.
Mais l'évolution du ratio combiné des assureurs, et le poids des charges de marketing et d'administration (les charges "structurelles") dans ce dernier aura son importance, cela dans un climat de plus en plus concurrentiel pour la branche auto...   Une concurrence bien sûr accentuée par le rôle croissant d'internet qui crée un fort appel d'air... gentiment relayé par les comparateurs d'assurance... Et l'arrivée croissante de la concurrence européenne sur le marché de l'assurance auto...

On gardera présent à l'esprit que le nombre d'accidents a baissé sur le premier semestre, idem pour le nombre de blessés. Paradoxalement les indemnisations corporelles, elles auraient augmenté, de même que les coûts des réparations, encore faudrait-il bien sûr analyser la ventilation de ces derniers...

Un comparateur dans la tourmente?

Formulation certes peut-être exagérée pour décrire affres qui accompagnent la décision de la SGAM COVEA de se séparer de ses actions dans le comparateur d'assurance, explications dans l'article suivant : http://assurance-auto-consommateurs.com/2011/08/03/covea-...

25/07/2011

Pages récapitulative sur les assurances auto

assurances auto.jpg

L'assurance auto fait partie de la branche des assurances dommages (au même titre que la multirisque habitation).

Les trois grands risques sont les suivants :
- Le conducteur engage sa responsabilité en causant un préjudice à autrui (corporel ou au véhicule),
- L’endommagement du véhicule,
- Le dommage corporel personnel.

L’assurance obligatoire :

Dite assurance au tiers, il s’agit de la garantie responsabilité civile
Le code des assurances énonce que toute personne physique ou morale – excepté l'État - dont la responsabilité civile (RC) peut être engagée pour des dommages subis par des tiers (atteintes aux personnes ou aux biens) causés par son véhicule à moteur  doit être couverte par une assurance garantissant cette responsabilité.
Les membres de la famille du conducteur ou de l'assuré étant considérés comme des tiers, il faut noter cependant que cette garantie ne couvre pas les dommages causés au conducteur.

L’assurance facultative :

Il s'agit des garanties dommages à proprement parler. Elle concerne l’assurance du véhicule lui-même et est plus ou moins étendue.

  • La garantie tierce collision :

Cette garantie ne sera actionnée que dans le cas des collisions dans lesquelles le tiers est identifié, qu’il s’agisse d’un autre véhicule, d’un piéton, ou d’un animal

  • La garantie "tous risques" :

Cette garantie comme son nom l’indique a une couverture bien plus large que la précédente . Elle couvre par exemple les dégâts en l’absence de collision. elle s’avère d’autant plus nécessaire que le véhicule est neuf.

Il est aussi possible d’étendre la garantie « tous risques » avec d’autres garanties accessoires qui vont couvrir des risques précis. Citons en vrac :

  • Garanties incendie
  • Garantie Vol
  • Garantie bris de glace (de plus en plus fréquente  et de plus en plus coûteuse indirectement pour les assurés)
  • Garantie attentats
  • Garantie catastrophes naturelles
  • Garantie défense recours
  • Garantie individuelle accident
  • Assistance en cas de panne
  • Protection juridique


Les points importants à préciser :

Les garanties couvertes dans le contrats ne joueront pas si le conducteur roule avec un permis de conduire qui n’est pas ou plus valide.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu