Avertir le modérateur

13/11/2012

Tout savoir sur les plaquettes de frein

photo plaquettes de freins.jpg

Pour la sécurité d’un automobiliste, le système de freinage ne doit pas être négligé. Même s’il tombe très rarement en panne, au fil du temps, il peut s’altérer progressivement. Pour éviter les accidents, mieux vaut vérifier dès qu'il y a quelque chose d'anormal comme un bruit inhabituel, etc.

Les plaquettes de frein, comment ça marche ?

Le système de freinage d'une voiture comprend de nombreux composants et parmi eux, il y a les plaquettes de frein qui équipent tous les véhicules munis d’un frein à disque. Quant à la plaquette de frein en elle-même, elle comprend deux éléments distincts : le socle en tôle d’acier et la garniture ou matériau de friction. Les plaquettes de frein servent à réduire la vitesse de la voiture en serrant les disques. En entrant en contact avec le disque, la plaquette sur la garniture se détériore. Ainsi, lors d’un freinage, à cause du niveau de chaleur engendrée par le contact entre le disque et la garniture, l’épaisseur de cette dernière diminue. De bonnes plaquettes de frein se reconnaissent par un freinage constant même dans des conditions extrêmes. Les plaquettes de frein utilisées dépendent du type de véhicule. En effet, les plaquettes de frein utilisées pour une sportive et une voiture de course diffèrent de celles utilisées sur des citadines, car des freins trop puissants ne sont d’aucune utilité sur ces dernières.

Où trouver des plaquettes de frein à prix réduit ?

Des plaquettes usées risquent d’endommager les disques de frein. De même, des plaquettes usagées adhèrent moins bien au disque, car leur surface de frottement est altérée, voire diminuée. Ainsi, la distance de freinage s'allonge au moment du freinage. Les plaquettes de frein doivent être changées quand l’épaisseur des garnitures a atteint le niveau d’usure. En moyenne, les plaquettes de frein ont une durée de vie entre 20 000 à 40 000 km sur les freins avant qui supportent 70 % de la puissance de freinage. Tandis qu’à l’arrière, elles ont une durée de vie estimée à 70 000 km. 

| Commentaires (0) | 08:36 | Construction automobile | Lien permanent | | | |  Imprimer

26/09/2012

Groupama cède ses activités anglaises d'assurance auto au groupe Ageas

ageas.jpg


On a appris voici quelques jours qu'AGEAS venait finalement de signer un accord pour l'achat de Groupama Insurance Company Limited (GICL) ; le deal porte sur 116 millions de livres soit 145 millions d'euros et va faire d'AGEAS le cinquième acteur britannique pour l'assurance non vie, le quatrième pour l'assurance auto.

Une stratégie gagnante pour AGEAS

Les médias spécialisés ont salué l'opération comme une bonne stratégie pour AGEAS, l'acquisition de Groupama GICL une acquisition qui consolide la stratégie multicanal de l'entreprise en matière de distribution d'assurance. Groupama Insurance Company Limited a enregistré un bénéfice après impôt de 25,9 millions d'euros pour l'année 2011 associé à un ration combiné de 97,88% ; le tout pour un chiffre d'affaire de avec un chiffre d'affaires de 490 millions d'euros... Ne sont pas compris dans l'accord les activités de courtages détenus par Groupama sur le sol britannique. Avant d'être mis en œuvre l'accord est soumis au visa de régulation, si tout va bien l'opération pourraient être effective d'ici la fin de l'année.

Assurance auto : Consolidation du groupe Ageas

Ageas est un des vingt premiers assureurs européen. Ses activités sont concentrées principalement en Europe et en Asie. Les quatre briques de la stratégie d'AGEAS sont réparties sur quatre secteurs opérationnels : Belgique, Royaume-Uni, Europe continentale et Asie.L'acquisition de Groupama va permettre au groupe de consolider ses positions en particulier dans l'assurance auto.

après la vente de ses activités d'assurance santé à Simplyhealth en début d'année, c'est donc maintenant aux activités générales de faire l'objet d'une cession... C'est l'exposition de Groupama à la dette souveraine grecque et la nécessité de garantir sa solvabilité qui ont conduit l'assureur à céder une partie de ses actifs (Groupama a perdu près de 2 milliards en 2011). Une opération donc intéressante pour Ageas, assureur belge né de la scission du groupe financier belgo-néerlandais Fortis, qui lui affichait 1,1 milliard d'euros de primes brutes pour le premier semestre dans l'activité d'assurance non-vie en Grande-Bretagne. à noter que le Royaume Uni représentait 17% du résultat net toujours pour le premier semestre 2012.


| Commentaires (0) | 17:58 | Actu internationale de l'assurance | Lien permanent | | | |  Imprimer

24/09/2012

Enjeux autour du développement de la filière hydrogène pour l'automobile

moteur-hydrogène.jpg


On trouve dans un article de ce jour sur industrie.com un intéressant balayage sur les enjeux autour de l'hydrogène pour les les véhicules automobiles. L'Europe, à l'imitation des USA et du Japon met en effet progressivement en place une filière hydrogène - tant en source d’énergie qu'en tant que carburant, avec des politiques de soutien variables d'un Etat à l'autre.

Selon David Hart, expert hydrogène chez E4Tech, l'hydrogène pourrait se diffuser en tant que "solution intermédiaire, entre les transports urbains et les véhicules amenés à couvrir de longues distances" : avec donc probablement des véhicules hybrides hydrogène/électricité.

Mais l'hydrogène pourrait avoir d'autres finalités que celle de carburant pour le secteur automobile : notamment comme piles à combustible, (y compris à destination du grand public).
David Hart voit aussi un nombre important de débouchés possibles dans l'industrie de la défense, ou les particularités suivantes :

  • moteurs silencieux,
  • absence de signature thermique,
  • longue autonomie,
  • faible poids.


peuvent constituer des avantages non négligeables.

Principaux obstacles demeurant au développement de l'hydrogène comme carburant : le stockage et la métrologie. David Hart prévoit un parc de 35 millions de véhicules à hydrogène d'ici 2030, dans l'éventualité ou les Etats apportent un soutien au développement de la filière...
Est-cité notamment l'exemple de l'Allemagne qui injecte un milliard pour le développement de la filière jusqu'en 2016. La question d'importance étant aussi celle-ci, quel est le coût énergétique de la production d'hydrogène comme carburant?

L'autre alternative : les moteurs à air comprimé dont on a peut-être pas fini d'entendre parler...

source

| Commentaires (0) | 18:45 | Actualité automobile | Lien permanent | | | |  Imprimer

23/08/2012

Le Data mining pour lutter contre la fraude à l'assurance

fraude-a-l'assurance.jpg

J'ai déjà consacré plusieurs billets sur ce blog à la question des fraudes à l'assurance. Il s'agit d'un sujet extrêmement récurrent dès lors qu'on fait du content curating sur l'actualité de l'assurance dans les trois grands pays anglo-saxons : le Royaume-Uni, les États-Unis, et le Canada. Pour nos voisins anglais, chez qui les coûts liés à la fraude sont estimés à rien moins que 3 milliards de livres chaque année (d'après les estimations, la fraude génère un surcout de 50 livres par contrat en moyenne toujours par an), les assureurs ont commencé à s'organiser avec la création en janvier de cette année du UK’s Insurance Fraud Enforcement Department (IFED) une unité opérationnelle indépendante mise en place par la Police londonienne avec l'appui de l'Association of British Insurers (ABI).

 

abi.jpg

Un sujet récurrent dans le monde anglo-saxon

Ce n'est bien sûr pas un hasard si ce sujet revient souvent sur la sellette : Les assureurs de ces trois États sont en effet confrontés à des fraudes qu'on peut qualifier d'endémiques en matière d'assurance automobile. Sachant qu'on distinguera deux grands types de fraudes qui n'ont pas du tout les mêmes implications :

 

La fraude individuelle

Elle a pour visée la baisse du coût de l'assurance : (non déclaration d'un deuxième conducteur, le conducteur déclaré n'est pas le bon, toutes les informations concernant l'assuré ne sont pas fournies à l'assureur, etc). Ces fraudes s'expliquent majoritairement par le fait que les contrats d'assurance auto sont extrêmement coûteux dans les trois pays mentionnés. En particulier pour les jeunes conducteurs, à tel point que les assureurs, en synergie avec les pouvoirs publics cherchent (et parfois mettent en œuvre comme au Québec) des solutions favorisant des pré-apprentissages (l'équivalent de notre conduite accompagnée) permettant de garantir des primes moins coûteuses pour les jeunes primo-conducteurs ; tout en réduisant bien sûr le nombre d'accidents, toujours traditionnellement plus élevé chez les jeunes et qui pèse aussi de tout son poids dès lors qu'il s'agit de déterminer les montants des primes.

 

La fraude organisée de type mafieux

Dans ce cas là, il s'agit généralement de bandes pouvant être très organisées et qui simulent de faux accidents pour ensuite récupérer les différentes indemnités en provenance des assureurs, ces indemnités peuvent porter sur les montants de remplacement des véhicules accidentés, voire même dans certains cas sur les indemnisations au titre du préjudice corporel ou les soins de santé, il y a ainsi eu une affaire assez récente aux États-Unis dans laquelle deux cliniques étaient impliquées dans des soins imaginaires, prodigués à des pseudo victimes d'accidents organisés. Ce type de fraudes peut être aussi pratiqué, bien que plus rarement à un niveau individuel, par des assurés se retrouvant dans des situations de précarité financière.

Un rapport d'un fournisseur de solutions

De la même manière que la fraude est un problème endémique, on peut être assuré que se trouveront des prestataires ou des sociétés de conseil et de services qui se chargeront de conseiller les assureurs pour limiter un tant soi peu l'hémorragie. Cette fois-ci c'est la société IBM qui s'est fendue voici une semaine d'un rapport sur la question, co-écrit par deux spécialistes : Adam Bellchambers (Business Development Executive, de la division assurance du groupe) et Rick Hoehne (Global Insurance Industry leader for Business Analytics and Optimisation).

ibm2.jpg

D'après les discussions entre les analystes d'IBM et les assureurs interrogés, la majeure partie des compagnies opérant dans la non-vie - en particulier l'assurance automobile - déclare la détection de la fraude comme une de leurs priorités d'investissement pour 2012. La déclaration est-elle incantatoire (dixit donc ne l'oublions pas, un fournisseur de solutions...), ou correspond-elle à une réalité chez les assureurs je vous laisse en juger.

Big data

Qu'un prestataire du big data se positionne sur ce genre de créneau n'a rien d'étonnant, puisque c'est précisément l'utilisation massives des données qui va servir pour lutter de front contre les fraudeurs : les solutions préconisées par les ingénieurs IBM sollicitent d'une part le développement informatique, et d'autre part un recours massif à des modèles basés sur le data mining.

Repérer, mais aussi prévenir

La phase de détection - post fraude donc - est certes un élément indispensable du mix de la lutte anti-fraude. Mais, pour être efficace, les assureurs ont besoin d'opérer aussi en amont, ce qui correspond tout simplement à une phase de prévention.

 

Agir tout au long du cycle de vie du contrat d'assurance

La prévention s'avère particulièrement effective à deux moments clés du contrat :

  • La souscription du contrat
  • La déclaration du sinistre

La fraude peut être prévenue si les identités, et les comportements des souscripteurs de polices peuvent être identifiés correctement : C'est précisément ce que vont permettre les analyses prédictives basées sur le data mining. IBM propose aux assureurs, d'adapter en temps réel les contenus des contrats dans le cas où un risque de fraude est établi grâce à leurs outils d'analyse ; de manière à sensibiliser les fraudeurs potentiels au risque d'être identifiés. Bien sûr, comme le note un peu cyniquement le rapport, l'opération peut au bout du compte ne faire que déplacer le problème, vers un autre assureur ne disposant pas des mêmes outils d'analyse. Les ingénieurs d'IBM préconisent donc d'interfacer directement ces outils au niveau des comparateurs d'assurance, de manière à pouvoir identifier encore en amont le risque.  La même opération peut être répétée au moment de la déclaration du sinistre : Pour résumer, la puissance du data mining, qui permet de corréler des millions d'informations quasiment en temps réel, autorise des recoupements qui pourraient singulièrement compliquer la tâche des fraudeurs...

Source : Lire le dossier 

Cet article a été rédigé en partenariat avec le comparateur d'assurance http://www.lesfurets.com/

| Commentaires (0) | 16:27 | Etudes et statistiques | Lien permanent | | | |  Imprimer

08/08/2012

Encore des licenciements chez les équipementiers

fs.jpg

Le secteur des équipementiers auto est encore touché, après la décision du groupe Freelance le 31 juillet dernier de cesser la production sur le site Toulousain. Signe des temps c'est pas un Email et non par un courrier recommandé que les ouvriers ont appris la nouvelle donne.  En tout ce sont plus de 500 salariés qui sont concernés. D'après le directeur du site Didier Blanc, les produits fabriqués sur le site ne correspondent plus aux attentes du marché. Une déclaration qui laisse perplexe les responsables syndicaux, puisque quelques mois plus tôt seulement l'usine tournait à "plein régime".  Dans le genre mauvaises pratiques, Freelance a même été jusqu'à embaucher 1200 intérimaires pour assurer la production avant la cessation totale de l'activité (dont d'ailleurs cerise sur le gâteau, d'anciens salariés).

Prise de risque incompatible avec la rentabilité

Pour remédier à une technologie jugée dépassée par les dirigeants, les salariés comptaient sur le développement d'une nouvelle technologie développée par d'anciens salariés de freescale en partenariat avec le CNRS : Du nitrure de Gallium en lieu et place du silicium, pour des puces destinées à équiper les véhicules électriques. Mais selon Robert Castagnac, (le représentant local du ministère au redressement productif chargé d'examiner le dossier - apparemment convaincu par les arguments de Freescale ), ce pari - valable pour une start up - n'état pas "tenable" pour Freescale, la sacro-sainte et immédiate "rentabilité" obligeant...  Au final, seules seront maintenues sur le site les activités de recherche...

 

 

| Commentaires (0) | Tags : freescale | 13:20 | Actualité automobile | Lien permanent | | | |  Imprimer

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu