Avertir le modérateur

03/07/2011

Dette Grecque et assurance vie : Quand les assurés servent d'air-bags aux assureurs

dette grecque.jpg

Des assureurs dans la tourmente ?


Les Français n’en sont pas toujours conscients, mais les assureurs sont aussi des investisseurs, ce n’est pas pour rien qu’on utilise le terme de « Bancassurance », ni même que l’ancienne autorité de contrôle des assurances et des mutuelles (ACAM) a été remplacée par l’Autorité de contrôle prudentiel qui comme son nom ne l’indique pas forcément, a désormais en charge le contrôle des assurances mais aussi des banques.
Or un nombre non négligeable de ces assureurs se trouvent - au même titre que les banques - exposés à la dette souveraine Grecque, pour des montants qui n’ont rien de négligeable. Genérali pour 3 milliards, Groupama pour 2milliards, CNP et AXA pour respectivement 2 et 1,9 milliards d’euros (mais il y a aussi ING, Allianz, Ageas, etc). La grande différence avec l’exposition des banques c’est que ce sont les assurés qui vont régler le plus gros de la facture…


Un double air-bag plutôt sympathique


Comme l’explique très bien un analyste sénior de l’agence Fitch dans les Echos : Si la dette grecque est dévaluée, la banque devra diminuer d’autant son exposition dans le passif de son bilan, sans que puissent être pris en compte les « engagements qu’elle a en face » à savoir les dépôts. Les assureurs eux pouvant le faire.  Il s’agit de bien plus que d’une subtilité comptable, puisque concrètement cela implique que l’assureur peut partager la perte avec ses assurés. Un partage qui plus guère équitable pour l’assuré :
Ainsi pour un contrat d’assurance vie comprenant des obligations dévaluées, l’assureur versera alors le rendement garanti diminué de la perte de valeur constatée… Autre amortisseur pour les assurances : L’économie d’impôt induite par la perte. Pour fixer les idées je vais vous citer un exemple publié dans les Echos du 27 juin : Est mentionnée l'exposition AXA, à savoir 1,9milliard d'euros fin 2010 - en Brut - Mais grace  à la magie comptable, et au fait que l'assuré va assumer la perte (concrètement payer la facture !) ; l'exposition - en Net  - n'est que de 300 millions d'euros... Pourquoi s'interdire de prendre des risques avec de tels mécanismes me direz-vous...

Plus : Sur les conséquence de l'exposition de Groupama à la dette grecque, lire aussi cet article, sur la récente baisse de notation qu'à subi l'assureur Français.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu