Avertir le modérateur

28/11/2011

Le modèle de l'assurance auto battu en brèche par les comparateurs d'assurance?

assurance-auto-lab.jpg

Avant le web 2.0?

La newsletter de novembre du Cercle Lab nous donne à lire un petit édito assez intéressant sur l'évolution des assurances autodepuis une quinzaine d'années, il est signé Patrick DEGIOVANNI, Directeur Général Adjoint du groupe  Crédit Agricole Assurances, et nous rappelle, nous aurions presque tendance à l'oublier que il n'y a pas si longtemps la majeure partie  du marché était dominée par les agents généraux et les mutuelles sans intermédiaires (MSI) : C'était avant le temps du web 2.0, avant l'arrivée en masse d'un nouvel acteur du marketing de l'assurance, je veux parler de nos désormais traditionnels comparateurs.

 

Un modèle moins coûteux pour les assureurs?

C'est l'époque ou le modèle de l'agent d'assurance est encore dominant « Les tarifs auto des agents étaient tirés vers le bas pour compenser la différence de taux de frais généraux » , et ce sont les assurances habitation qui compensent alors la faible rentabilité de la branche auto... Mais le modèle de l'agent d'assurance même s'il conserve un avenir et un potentiel (lire ceci pour comprendre de quoi je parle) est battu en brèche par les perspectives de modèles moins coûteux pour les assureurs (et surtout peut-être plus porteurs en termes d'affaires nouvelles), qui investissent alors de manière croissante dans la vente directe grâce au nouveau média qu'est l'internet.

 

Un saucissonnage qui devient la règle

À l'époque, d'après la thèse développée par M  DEGIOVANNI, l'assurance auto fait office de produit d'appel pour les assureurs, mais depuis quelques années les choses ont bien changé : à présent c'est l'assurance habitation qui fait office de référentiel pour l'assuré (« la plupart des bancassureurs démarrent la relation assurance par l'habitation ») avec des ratio portefeuille Auto/MRH dans la grande majorité des cas inférieur à 1.   Les assurés manifestent une tendance croissante à saucissonner leur couverture : Il n'est plus rare de voir plusieurs contrats au sein d'une même famille, un assureur pour la santé, un autre pour l'habitation et encore un autre pour l'auto par exemple.

 

Politiques de plus en plus agressives des assureurs et des comparateurs...

Là encore nous devons voir dans cette tendance un reflet de la politique de plus agressive (et anxiogène - je pense aux comparateurs) de commercialisation des assurance, depuis l'arrivée d'Internet et des comparateurs d'assurance dans les mœurs : Les assurés, poussés par une communication là aussi de plus en plus agressive et solliciteuses des comparateurs, cherchent le moins cher. Le problème c'est que contre toute attente ce fameux modèle du comparateur a tendance à faire exploser les prix, conjugué aux nouvelles « procédures de gestion » des assureurs, et aux coûts croissants des postes publicité/(web)marketing .

Des surcoûts engendrés par de nouvelles manières de gérer...

Monsieur  DEGIOVANNI rappellent que les résultats des assurances automobiles  ont considérablement chuté pour les années 2009 et 2010, avec un ratio combiné à hauteur de 110%, mais il omet de préciser ce que ces hausses doivent aux accords des assureurs avec les réparateurs (voir notamment la manne très coûteuse des garanties bris de glace dans l'article suivant : http://focusassurancesauto.blog.free.fr/index.php?post/20...).

 

Repenser le modèle?

Conclusion, avec une année 2011 qui s'annonce déjà d'après lui morose, la question se pose de savoir si le concept de l'assurance auto comme « produit d'appel » est encore d'actualité.  La question sous-jacente étant la suivante : comment demeurer concurrentiel tout en « équilibrant ses résultats » , l'autre question d'importance - que dis-je l'équation fondamentale - étant la suivante, je cite  : Est-il viable de conserver des tarifs d'entrée exagérément bas (lors de la souscription) tout en se rattrapant sur les contrats en portefeuille, et donc en ne récompensant pas suffisamment la fidélité et la « bonne conduite » de l'assuré, qui voit ses primes continuer d'augmenter, alors que son bonus dans le même temps est lui aussi à la hausse...  Le tout en gérant le risque, je cite « d'être "cocufié"  par les nouveaux spécialistes du zapping » qui opèrent bien entendu via les comparateurs d'assurance qui sont assez souvent des émanations des assureurs eux même (ainsi Le Lynx avec Aviva, Assurland avec Covea, etc)...

Source : la newsletter de novembre du Cercle Lab

15/02/2011

Les assurances auto hors de prix au royaume-uni, induiraient une augmentation de la fraude...

assurances-auto-en-angleterre.jpg

(lire le début de l'article)

Au final, près de  3 conducteurs sur 5 déclareraient "rassembler leurs trajets" (taking one trip where they might previously have taken several) quand  40% d'entre eux déclarent avoir mis la pédale douce sur les longs trajets.  Sans surprise le co-voiturage de même qu'en France aurait les faveurs du public, de même que les transports publics...

Un coût moyen de la prime, pas vraiment moyen...

Enfin en passant au chapître des assurances automobiles, c'est sans surprise là encore qu'on apprend que leurs tarifs ont explosé, (une habitude au royaume-uni)  : Ainsi d'après le comparateur d'assurances Confused.com qui en France possède l'enseigne "Le Lynx") le montant moyen des primes aurait crû de 38.2%  en  2010, amenant le montant moyen de la prime à  £695 (830 euros !!) , ainsi les conducteurs paieraient £200 de plus que ce qu'ils payaient en 2010 : Chocking isn't it? (et à faire palir d'envie nos assureurs bien de chez nous – il va falloir être vigilant, amis automobilistes :-)).
La tranche la plus touchée serait celle des 51-55, qui ajoutent leurs enfants comme conducteurs sur leur police d'assurance. En toute logique, c'est là encore sans surprise qu'on apprendra que le nombre de fraude sur cette question a littéralement explosé au point de devenir un sujet de préoccupation pour les assureurs, et les pouvoirs publics...
Ainsi d'après Association of British Insurers, le "Fronting" serait devenu la cause majeure de fraude pour les assurés : Les parents souscrivent un contrat à leur nom en déclarant leurs enfants comme conducteurs occasionnel, alors qu'en fait ceux-ci sont les principaux utilisateurs du véhicules... Intérrogés par l'ABI dans le cadre d'une enquête en 2010 , plus d'un automobiliste sur deux aurait déclaré être tenté par ce type de fraude malgré le risque (fort important) encouru... (risque d'invalidation de l'assurance et de poursuites judiciaires "entre autres")

Source :

http://www.guardian.co.uk/money/2011/feb/06/motoring-driv...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu