Avertir le modérateur

26/11/2010

Les libertariens pour la supression du permis de conduire et la mise en place d'examens par les assurances auto

libertariens.gif

Libre Echange est un site dont le but est de promouvoir les idées libérales sur le Web.  Or il se trouve que les libertariens (puisque c'est ainsi qu'ils se dénomment eux même) ont des idées sur le permis de conduire - qui (même si je ne suis pas sûr de vraiment les partager :-)) - me paraissent néanmoins dignes d'être présentées. Arguant du fait que le « permis à point » comme d'ailleurs le permis de conduire et l'ensemble des permis en règle générale constituent une « solution administrative injuste et inefficace » et qu'il ne font que traduire au final l'infantilisation de l'individu par l'Etat, les libertariens proposent une solution alternative plutôt radicale comme vous allez pouvoir en juger plus bas. D'après eux, il faut - en ce domaine comme en d'autres - s'en remettre une fois de plus à l'arbitrage du Marché - sachant que le but au final est d'éviter autant que possible les accidents. Pour les libertariens il faut d'une part que chacun puisse utiliser sa voiture comme il le souhaite, et d'autre part « éliminer les mauvais conducteurs ». C'est essentiellement sur le mode « d'élimination » des mauvais conducteurs que la position des libertariens divergent d'avec celle des pouvoirs public. (outre le fait que la notion « d'élimination » paraît quelque peu discutable :)).

Suppression du permis de conduire

Et oui, la solution libertarienne consiste tout simplement à supprimer notre bon vieux permis de conduire. C'est là que le marché va alors pouvoir entrer en jeu : Car les assurances auto, (de même dans cette logique que les assurances deux-roues) « soucieuses de ne pas cautionner la conduite d'individus dangereux et de sauvegarder leurs profits »  instaureraient alors selon nos adeptes du libre marché leur propres examens, en fixant leurs propres règles. Certaines choisiraient alors de n'admettre que les excellents conducteurs, moyennant des primes modiques à leurs cocontractants : Conséquence (que les libertariens - traditionnellement plutôt contre la mutualisation - considèrent comme un avantage : les bons conducteurs ne paieraient plus alors pour les mauvais.

D'autres sociétés d'assurance, (« moins "vertueuses" » selon l'auteur) choisiraient alors, toujours en vertu de la loi du marché d'accepter d'assurer les mauvais conducteurs moyennant bien sûr des primes plus  élevées > pour les libertariens, les mauvais conducteurs seraient tellement pénalisés qu'ils n'auraient plus que deux solutions : soit renoncer à conduire soit se refaire une conduite. Dans cette perspective, le nombre d'accidents selon les libertaires doit baisser. C'est sans compter bien sûr un petit détail : les mauvais conducteurs « fortunés » pourraient tout à fait s'offrir le droit de mal conduire... Mais là encore si on y réfléchit bien nous nous situons encore dans une perspective libertarienne..

 

La possibilité de ne pas s'assurer...

Les libertariens poussent même le raisonnement encore plus loin : toujours en vertu du dogme de la liberté absolue : il ne serait pas question - dans le cadre de l'analyse libertarienne - d'interdire la conduite aux personnes refusant de s'assurer. Mais là encore notre auteur à une solution : en cas d'accidents c'est alors  l'ensemble du patrimoine qui sert à indemniser les victimes, sans limites,  'le Droit Naturel devant montrer toute sa rigueur à l'égard de ces individus: contrainte par corps, obligation de travailler pour réparer. » (comme quoi même pour les libertariens la liberté a quand même ses limites).

Source :
http://www.journalechange.com/utopistes/liberte_de_circul...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu